Qu’écris-je ?
Nous sommes amoureux
rêvant inlassablement
d’une telle rencontre.

Princesse, ta couronne t’attend,
un royaume est à aimer,
des milliers d’âmes à sauver
d’une vie dure, infernale.
Beaucoup sont déjà au courant
et nous ont préparé la route.
Le trône que Dieu nous donne est là,
pour mille an de gloire.

Cette nouvelle ère est pour nous,
l’accomplissement d’une aventure
commencée à l’origine des temps.
Ce paradis sur terre est à installer.
Tout nous est accordé pour ce plan
qu’un Dieu inconnu, extra terrestre, universel,
écrivit dans nos gènes.
Aucune gène lorsqu’on voit en soi
l’éternel esprit qui vit, unique et original,
comme en chacun.

Amie, demande-moi
n’importe quoi,
j’exauce tous ces voeux aux coeurs purs,
immensité d’amour éperdu
mais trouvé car tant cherché.
Je reste là et je vis ce que j’ai choisi

Abandon d’un corps, d’un esprit, d’une âme
pour un Dieu que je verrais un jour face à face.
Il me demandera pourquoi
ce fus toi que j’aimais,
et, tout en sachant la réponse, je lui répondrai :
“je ne sais pas, l’amour a ses raisons que la raison ignore.
Les voies du Seigneur sont impénétrables.”

Mais en toi, j’ai pénétré,
et nos deux âmes sont liées
pour l’éternité.
Un anneau d’or entoure notre aura,
reconnaissance absolue devant l’éternel

De cette union nait
l’enfant de lumière,
parfait et pur.

Les enfants, ce sont aussi nous deux,
amoureux,
ne lachant plus la main l’un de l’autre.
Poursuivant notre destin,
Roi et Reine,
tout un peuple espère.

Les prophéties se réalisent
au fur et à mesure que j’écris.
Univers de beauté, infini étoilé,
rêve et réalité,
l’amour est né
d’un instant où les anges,
apercevant la gloire de Dieu,
frissonnèrent.

L’amour est un sentiment
comme ce frisson d’ange.
Il nous transporte
au-delà des frontières permises.

Acte 1 >>